Mise à jour du rapport de Public Health England

Dans la lignée du précédent, ce nouveau rapport de l’agence gouvernementale de santé britannique confirme le potentiel de la vape dans l’arsenal anti-tabac. Le Royaume Uni affiche une fois de plus son pragmatisme et son ambition en matière de réduction des risques.

Mise à jour du fameux rapport 2015, le rapport 2018 couvre l’utilisation de la cigarette électronique chez les jeunes et les adultes, les attitudes du public, l’impact sur l’abandon du tabac, les risques pour la santé et le rôle de la nicotine. Il aborde également les produits du tabac chauffés, absents du précédent rapport, en mobilisant des données remontant au 1er janvier 2010. Ses conclusions confirment non seulement celles de 2015 mais apportent la preuve que le vapotage a joué un rôle dans la baisse de la prévalence tabagique au Royaume-Uni. Pour l’organisme de santé, il est clair que les produits de la vape ont un rôle important à jouer dans l’ambition d’une génération sans fumée.

Dans le communiqué de presse diffusé par PHE, le Professeur John Newton, directeur de l’amélioration de la santé à Public Health England déclare : “Notre nouvelle analyse renforce le constat que le vapotage est au moins 95 % moins nocif et qu’il présente un risque négligeable pour l’entourage. Pourtant, plus de la moitié des fumeurs croient faussement que le vapotage est aussi nocif que le tabac ou ne le savent tout simplement pas. Il serait tragique que des milliers de fumeurs qui pourraient cesser de fumer à l’aide d’une cigarette électronique soient renvoyés à cause de fausses craintes quant à leur sécurité.”

Les principales conclusions du rapport sont les suivantes :

Au regard des conclusions, PHE appelle les fumeurs, plusieurs organismes et les professionnels de la santé à agir sur la base des preuves. Les fumeurs sont ainsi invités à essayer la cigarette électronique tout en combinant son utilisation avec le soutien d’un service dédié comme le National Centre for Smoking Cessation and Training.
Les professionnels de la santé sont eux appelés à fournir un soutien comportemental aux fumeurs qui veulent arrêter avec la vape. Ils peuvent désormais se former grâce à un cours en ligne sur le site du National Centre for Smoking Cessation and Training. PHE recommande enfin que les cigarettes électroniques soient disponibles à la vente dans les magasins des hôpitaux, que les abris fumeurs soient retirés et que toutes les occasions pour encourager et aider les patients à arrêter de fumer soient saisies.

Les points “secondaires” non repris dans le communiqué

D’autres conclusions s’avèrent intéressantes à la lecture du rapport, notamment :

Le rapport en PDF : Evidence review of e-cigarettes and heated tobacco products 2018

Le rapport sur le site de Public Health England.

Magali EGLER - Chargée de communication, le 6 février 2018